Little Romance


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Soren Akerfeld, cas à problème ( FINI)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Soren Akerfeld, cas à problème ( FINI)   Mar 20 Sep - 1:04

I. Fiche d'identité

• Nom et prénom : Akerfeld, Soren
• Surnom : Barjo, le type bizarre
• Date de naissance : 17 janvier 1992
• Origine : Suédoise, mère danoise
• Orientation sexuelle : Il serait malhabile de donner une orientation sexuelle au jeune homme, qui ne s'est jamais soucié des instincts les plus normaux chez les jeunes de son âge. Alors, on dira indécis? Il est très curieux, cependant, et les filles sont différentes physiquement de lui. Est-ce un incitatif?
• Manie, habitude : Il ne peut s'empêcher de juger les déclarations des gens qui lui parlent! Il pourrait déclarer: « Correct! » « Incorrect! » « À préciser! » et pleins d'autres en s'exclamant sans la moindre gêne.
• Numéro de chambre : La chambre 27, si possible ^^ ?


II. Casier judiciaire - pour adolescents

• Date d'arrivée : [i]Cela fait environ un an, quatre mois, deux semaines et quatre jours qu'il est là. L'estimation est-elle correct?

• Cause : Il a cherché à comprendre l'argumentaire de son professeur d'étude catholique, qui affirmait que la foi pouvait sauver de la mort certaine. Il a donc poussé le dit-professeur de la fenêtre du troisième étage. Malheureusement pour lui, le vieil homme s'est brisé les os et est décédé de ses blessures. Mais c'était pas de sa faute, c'est celle de Dieu parce qu'il a rien fait ou celle du professeur parce qu'il était crédule de croire dans quelque chose qui n'existait pas, n'est-ce pas? [Casier judiciaire: homicide, tempéré par maladie mentale]
• Avis sur l'endroit : Eh bien, l'endroit n'est pas si mal, ça a son charme dans son genre. Les adultes, ils se promènent comme s'ils étaient discrets et qu'il ne savait pas ce qu'ils faisaient, mais autrement, il ne le dérange pas. Les autres jeunes, par exemple, ils sont hilarants! Plein de nouveaux sujets d'observation!

IV. Biographie

[i]Bon, tout d'abord, j'aimerais me présenter. Je m'appelle Kristian Akerfeld, j'ai 48 ans et je viens d'envoyer mon fils à une institut de correction suédoise, ce qui n'est guère surprenant puisque je suis suédois. Ma femme est dévastée puisque pour elle, dans sa naïveté chronique voir même maladive, elle considérait sa progéniture comme parfaite et sans l'ombre d'un défaut. C'est là qu'elle se trompe. Notre fils est malade, et ce n'est pas quelque chose qui se guérit aisément. Je ne peux pas l'envoyer dans un établissement psychiatrique spécialisé puisque ça ferait de l'ombre à ma réputation dans le milieu des affaires. Et tout le monde sait que refaire une réputation, c'est bien plus difficile que de concevoir un enfant. Après tout, la vie est tellement pas chère, comparativement à la vie sociale qui est inestimable. C'est lorsque mon attaché de presse m'a parlé de l'établissement de Little Romance que j'ai su qu'il fallait que je me sépare complètement du monstre qu'est mon fils. Il fallait que cette endroit soit discret. Bref, c'était l'endroit parfait...Tandis que je composais le numéro, je me remémorai tout ce que le petit démon avait fait pour me compliquer la vie...

\\//

Il n'y a pas grand chose à dire sur la vie de Soren avant l'âge de six ans, hormis le fait que c'était un enfant aussi bizarre qu'intelligent. À neuf mois, il marchait et courait sans mal et à deux ans, il s'exprimait déjà assez clairement. Il construisait des structures particulièrement complexes dès l'âge de quatre ans avec ses blocs à jouer, qui impressionnait même l'ami architecte de sa mère. Il avait tout l'air d'un bébé et d'un enfant prodige si ce n'était de son comportement plus que capricieux et étrange. Son père lui demandait de faire quelque chose, et il ne le faisait pas, obstiné comme jamais. Quand sa mère lui demandait quelque chose, il le faisait sans rechigner, ange au sourire éclatant. Cela pouvait sembler être une représentation du fils à maman classique mais il y avait quelque chose de plus sombre dans les desseins du gamin de cinq ans. Son père pouvait jurer l'avoir vu sourire avec amusement quand sa mère prenait le côté de Soren dans une dispute entre le père et son fils. Pas un sourire de victoire enfantin, non. Un sourire de satisfaction devant la facilité dérisoire qu'il avait à manipuler sa mère.

Bref, arrivons dans le vif du sujet. C'est lorsqu'il eut six ans que l'on peut dire que le vrai Soren naquit. Il allait à l'école comme tous les autres enfants du cartier, marchant sur le trottoir pour les deux cents mètres qui le séparaient de l'école. Cependant, c'est bien la seule chose que le petit Akerfeld fit de normal cette première journée fatidique. On n'avait bien établi qu'il était intelligent mais c'était probablement une sous-estimation grossière. Il était observateur, calculateur et d'une logique implacable qui ne faisait pas penser à un enfant de six ans. Il se tenait en retrait, effrayant les autres enfants qui tentaient de l'aborder. Il convaincu même une petite fille de se sauver de l'école. Quand il fut confronté à son délit, il nia toute l'affaire d'abord, sans aucune larme ou autre nervosité. Le menteur parfait, quoi. La petite fille avait bien trop peur pour en parler et on ne sut jamais ce qu'il lui avait dit. Son parcours académique continua ainsi, le laissant faire ses « petites expériences » sur ses camarades. C'est seulement à l'âge de dix ans que la vérité sur l'une de ses « petites expériences » vint à l'oreille d'un professeur. Il avait demandé à quelqu'un s'il pouvait le voir saigner. L'autre avait refusé, évidemment, et sans la moindre hésitation, Soren l'avait frappé violemment à la tête avec une roche. Il fut à nouveau confronté à ses agissements et cette fois ci avec des preuves. L'échange fut court mais traumatisant pour l'enseignant qui l'interrogeait tranquillement et en voici les deux grandes lignes

¤¤¤
E. -Alors Soren, veux-tu bien me dire pourquoi tu as frappé ton camarade avec une pierre?

S. -Je croyais qu'avec mes mains, ça serait trop long.
¤¤¤

Cette épisode mit son père et sa mère profondément dans l'embarras, malgré le fait que sa mère croyait que l'autre gosse avait provoqué son fils. Ils le firent donc transférer à un collège privé catholique et son père lui prit rendez-vous avec un psychiatre une fois par semaine. Il profita de l'absence de ses parents pour s'enfuir dans la lecture, apprenant philosophie, art et sciences. Pour expérimenter un peu à quoi ressembla son secondaire, penchons-nous sur une des rencontres entre lui et son psy.

¤¤¤

Soren était assis confortablement dans un fauteuil de cuir qui semblait véritable à l'oeil nu mais qui ne l'était pas pour deux sous si on regardait les bonnes choses comme lui. C'était l'une de ses activités favorites, apprendre à connaître tous les secrets d'une personne. Son psychiatre Sven Hellström, lui, avait une passion pour l'apparence. Tous ses meubles semblaient lui avoir coûtés une fortune tandis qu'il n'en était rien. Le fauteuil de cuir n'en était qu'un exemple, de la même manière que l'armoire Louis XVI et le tableau du Caravage. La copie du tableau n'était même pas bonne. Le psychiatre entra et vint s'asseoir devant lui avec son petit air satisfait. Il sortit alors son carnet de notes, son outil d'évaluation. Soren sourit alors, très amusé. Ça lui avait pris environ une dizaine de rendez-vous pour trouver où le professeur cachait son carnet. Et ce qui le faisait sourire, c'était le fait qu'il avait rempli le carnet de notes de son évaluation du vieil homme. Et à en voir la mine déconfite de celui-ci alors qu'il tournait les pages pour mieux voir l'analyse étendue sur une dizaine de pages, il l'avait bien surpris.

-Et si nous laissions faire le journal?

Dit-il avec un sourire. Sven releva la tête vers lui et sourit également, un peu nerveux. Il se reprit rapidement et décida de poser une question.

-Alors, Soren, est-ce que tu as réglé ton problème d'ennui académique?

-Un peu, Professeur. Je vous avouerai que l'insipidité de ce curriculum est inexorablement entré dans mon âme, mais je crois avoir trouver le moyen de rester concentrer sur celui-ci. Quand j'ai mal, je réfléchis moins et je m'abaisse au niveau de ses enseignants misérables.

-Qu'est-ce qu'on avait dit sur la vantardise, jeune homme?

-Qu'on ne devait pas l'utiliser, mais j'ai fait comme vous avez demandé. Ce n'est pas de la vantardise, c'est une vérité.

-Tu es impossible...Attends, que voulait-tu dire par « avoir mal »?

-Eh bien, je cisaille ma peau avec un couteau avant d'aller en cours.

-Mais, ce n'est pas bien de faire ça! C'est même dangereux! Où est-ce que tu t'es fait ça?

-Les deux bras.

-Je vais aller chercher des bandages, attends moi.

-Pas la peine, c'est simplement du sang. De toute façon, vos meubles-copies n'ont rien à craindre.

Il se leva et s'en alla tranquillement.
¤¤¤
C'est environ deux semaines plus tard que survint l'action fatidique. Il était assis dans le fond de la classe, son poignet dégoulinant de sang pour une énième fois. Son professeur discutait de la foi et pour une fois, il écoutait. Dans une impulsion soudaine, il jugea bon de corriger l'enseignant. Quand celui-ci déclara que la foi pouvait sauver les croyants de tout, même de la mort, Soren déclara de sa voix habituelle.

-Incorrect! Raisonnement inexact, monsieur!

-Explique-toi alors.

-Vous êtes croyant, n'est-ce pas? Très croyant?

Il avança vers le professeur qui recula un peu devant l'air un peu effrayant du jeune homme de 17 ans. Celui-ci sourit avec douceur.

-Prouvons donc cette théorie.

Il poussa son professeur violemment, le projetant à travers la fenêtre avant de l'entendre s'écraser sur le sol avec fracas et un bruit dégoûtant. Il regarda et vit que son enseignant ne se relevait pas. Il haussa les épaules et pendant qu'une fille hurlait de frayeur, il déclara doucement :

-Théorie erronée.


V. Derrière le personnage

Votre nom ou pseudo : Van'
Age : 19 ans
De quelle façon avez-vous découvert le forum ? Top-site
Des suggestions pour l'améliorer ? Non, il m'a l'air très élaboré! Chapeau!
Revenir en haut Aller en bas
Brama Stendal
La Grande Reine
Parce qu'elle est parfaite et qu'on l'aime.
La Grande ReineParce qu'elle est parfaite et qu'on l'aime.
avatar

Messages  : 95
Couronnes  : 2661

CASIER JUDICIAIRE
Chambre :
Nombre d'arrestations : //
Délits commis :

MessageSujet: Re: Soren Akerfeld, cas à problème ( FINI)   Mar 20 Sep - 1:50

Bienvenue sur le forum Soren, ravi d'avoir redimensionné ton avatar. ♥

Je ne vais pas t'écraser sous le poids d'une administration impossible, mais simplement te faire remarquer qu'il y a quelques fautes assez faciles à corriger (comme cartier, qui s'emploie à tort pour remplacer quartier et quelques terminaisons de verbe mais bon : l'erreur est humaine, qui suis-je donc pour la réprimander chez les autres \o/ *veut se faire lapider*)

Je ne vois rien à rajouter d'autre, sauf peut-être que la gueule de ton personnage, sur l'avatar, reflète bien sa méchanceté. Et c'est très bien. n_n

Sur ce, je file t'ajouter au bon groupe, te donner ta chambre, ta couleur, te filer l'accès aux sections 16+, etc. (oui, la vie d'admin est vraiment, vraiment, vraiment chiante *meurt*).

 

(quoique, tu dois pas connaître Laurence Broccolini T_T)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Soren Akerfeld, cas à problème ( FINI)   Mar 20 Sep - 2:39

Merci de ta magnanimité, ô admin irréprochable ( c'est trop? XD) !

Je vois les fautes et je mets tout sur le dos de la fatigue. Je m'y reprendrai mieux la prochaine fois :D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soren Akerfeld, cas à problème ( FINI)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soren Akerfeld, cas à problème ( FINI)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Little Romance :: l'administration :: Présentation du personnage ; :: Les fiches acceptées.-
Sauter vers: